<retour-boudhatour>


Dans le foyer, point de beauté, À l'extérieur, point non plus. Les mauvaises actions auxquelles mes penchants m'ont poussé, Me conduiront vers d'inférieures destinées. Les autres vies aussi seront souffrances Partout où je demeurerai." Alors qu'il sanglotait étranglé par les larmes, Même les dieux l'entendirent gémir : "Hélas ! Puisque je me dirige vers une mauvaise destinée, La vie future est sans espoir." Les dieux lui dirent : - Sot qui pense ainsi, Laisse tomber ta peine et va ! - J'ai tué père, j'ai tué mère, J'ai commis les cinq actes illimités ; Pour moi donc, ni refuge, ni compagnie, Souffrir est mon avenir. J'irai en haut de la montagne Me dépouiller de mon corps. - Sot, n'y va pas ! Avec cet esprit porté au mal Tu as commis de nombreuses fautes. Ne commets pas celle-là ! Qui se fait du mal à soi-même Ira dans les enfers de souffrance. Se lamentant et pleurant de chagrin, Au sol, il s'effondrera. Ce n'est pas par cet effort que les bouddhas naissent, Ni que l'on devient bodhisattva, Ni même que l'on accède au rang d'auditeur. Cultive un autre effort, Va sur cette montagne où vit un sage. Après y être allé et avoir vu la grandeur de ce sage, Il s'inclina à ses pieds. 23 - Saint être, soyez mon refuge ! Je suis poursuivi par les peurs et le malheur. Sage, essence des êtres, je vous en prie, écoutez mes paroles ! Asseyez-vous, je vous prie, accordez-moi une pensée. Expliquez-moi la sainte Doctrine, ne serait-ce qu' un instant. Je suis accablé par les peurs et le malheur. Je vous en prie, asseyez-vous un moment. Laissez-moi confesser mes nombreuses fautes. Sage, je vous en prie, parlez-moi ! Le sage déclara : - Accablé de chagrin, tu pleures de douleur, La faim et la soif te torturent, Sans espoir, tu erres dans les trois mondes, Aussi, mange la nourriture que je te donne. Et pour rassasier son corps, Le sage lui donna à manger et dit : - Après avoir goûté un mets aussi délicieux, Tout être en serait réjoui. Je t'expliquerai ensuite La Doctrine qui efface toutes les fautes. En un instant l'homme avala ce mets succulent. Après avoir mangé, il se lava les mains Et marcha autour du sage. Puis il s'assit jambes croisées Et révéla les fautes qu'il avait commises. - J'ai tué mon père, j'ai tué ma mère, Détruit des stoupas. Et bloqué un bodhisattva Dans son ascension vers l'éveil. Après l'avoir écouté, Le sage dit à cet homme : - Si tu as commis des fautes, Malheureux, tu n'es pas vertueux. Confesse les actions nuisibles Que tu as commises ou suscitées. 24 À cet instant même, torturé par d'atroces douleurs, annihilé par la peur, il dit au sage : - Qui sera mon protecteur ? Puisque j'ai commis des fautes, Je devrai endurer des souffrances. Il plaça alors les deux genoux au sol et dit au sage : - Je confesse toutes les fautes Que j'ai commises ou suscitées. Puissent-elles ne pas entraîner de mauvais effets. Puissé-je ne pas endurer de souffrances. Sage, laissez-moi m'approcher de vous. Je vous en prie, soyez mon refuge. Débarrassez-moi de mon mauvais karma, Faites que je sois repenti et en paix. Pour le réconforter, le sage dit à alors cet homme : - Je serai ton refuge. Je serai ton soutien. Je serai l'ami qui te protège. Ne crains rien ! Reste en ma présence et écoute la Doctrine. As-tu déjà entendu ne serait-ce que quelques mots d'une expression de la Doctrine appelée Sanghata ? - Non, sage, je n'en ai rien entendu. - Mis à part celui qui, demeurant dans la compassion, enseigne la Doctrine aux êtres, qui d'autre la révélerait a un être brûlé ?


Enfant de la lignée, écoute encore ! Jadis, il y a immensément longtemps, voici d'innombrables périodes cosmiques, vivait un roi religieux, un détenteur de la Doctrine nommé Vimalachandra. Enfant de la lignée, un fils naquit dans le foyer du roi Vimalachandra. Aussi, ce grand roi Vimalachandra réunit-il les brahmanes devins et leur demanda : - Brahmanes, quels signes voyez-vous chez cet enfant ? - Grand roi, ils ne sont pas positifs, répondirent les brahmanes devins. Cet enfant qui vient de naître n'est pas vertueux. - Brahmanes, qu'adviendra-t-il de lui ? demanda le roi. - Sire, dirent les devins, si cet enfant atteint l'âge de sept ans, il mettra en danger la vie de son père et de sa mère. - Qu'importe, fit le roi. Même s'il est un obstacle à ma vie, je ne tuerai pas mon fils ! La naissance d'une vie humaine dans ce monde est rarement acquise, aussi ne nuirai-je pas au corps d'un être humain, quel qu'il soit. La croissance de cet enfant fut rapide. À l'âge d'un mois, il était aussi grand que les enfants de deux ans. Le roi Vimalachandra comprit alors que son propre karma favorisait le développement de son fils. Le roi lui remit alors sa couronne et lui dit :- Puisses-tu devenir un roi célèbre, doté d'un grand royaume, qui exerce son pouvoir selon la Doctrine, en non selon son contraire. Après lui avoir accordé son royaume, Vimalachandra lui conféra donc le titre de roi et abandonna la souveraineté de son pays. Mais, les millions de ministres se rendirent alors sur le lieu où résidait le roi Vimalachandra et s'adressèrent à lui : - O grand roi, pourquoi avez-vous renoncé à gouverner votre propre pays ? - J'ai eu beau régner en roi riche et puissant pendant d'innombrables périodes cosmiques, je n'ai jamais connu la moindre satisfaction. C'est à ce moment-là, avant que grand temps ne s'écoule, que l'enfant tua père et mère, créant ainsi le karma des cinq actes aux conséquences immédiates. - Ô être, je me rappelle aussi l'époque où ce roi ressentit la souffrance. Pris de remords, il sanglotait, étranglé par les larmes. Je ressentis alors une grande compassion pour lui et, me rendant sur les lieux, je lui enseignai la Doctrine. Lorsqu'il eut, lui aussi, entendu cette Doctrine, il fut rapidement purifié de ces cinq actes aux conséquences immédiates, dont il ne resta plus aucun résidu. Ces grands ascètes qui entendent l'expression de la Doctrine du Sanghata, roi des soutras, atteindront la source sans égale du Dharma, la purification de toute faute et l'apaisement de toute passion. Écoute bien ! Je vais exposer Les instructions qui libèrent rapidement. " Si l'on explique ne serait-ce qu'un quatrain Dans un flot continu, Toutes les fautes seront purifiées. On entrera dans le courant. Et on sera libéré de toute faute. " En récitant solennellement ces aphorismes, Les êtres souffrants seront délivrés De l'enchaînement à la peur des enfers, Puis, l'homme se leva, de son siège Joignit les mains, 26 Inclina la tête Et approuva en disant : " Excellent !"􀀀 Excellents sont les amis spirituels, Excellents, ceux qui enseignent la grande méthode, Le Sanghata soutra qui annihile toute peur, Excellents également, ceux qui l'entendent. Alors, à ce moment même, là-haut, depuis le milieu de l'espace, douze mille fils de dieux, les mains jointes, se présentèrent devant le sage et se prosternèrent à ses pieds. - Vainqueur Transcendant, grand ascète, jusqu'à quand remonte votre connaissance ? demandèrent-ils. Quatre millions de rois esprits serpents et dix-huit mille rois yakshas, les mains jointes apparurent aussi devant le sage et, s'inclinant avec respect, demandèrent à leur tour : - Grand être, jusqu'à quand remonte votre connaissance ? - À des centaines de milliers de milliards de périodes cosmiques. - Quelle action vertueuse peut-elle instantanément et totalement éradiquer ce karma négatif ? - Entendre l'expression de la Doctrine du Sanghata. Parmi les êtres qui se sont assemblés ici, il est prédit que tous ceux qui, entendant cette expression de la Doctrine, eurent foi, obtiendront l'éveil insurpassable et parfaitement accompli. Par la simple écoute de cette expression de la Doctrine appelée Sanghata, les personnes qui ont commis les cinq actes aux conséquences immédiates, épuiseront instantanément tout le karma lié à ces cinq actes, ils en seront totalement purifiés. Pendant des centaines de milliers de milliards de périodes cosmiques incommensurables, les portes des mauvaises destinées seront fermées, les trente-deux portes des mondes des dieux seront ouvertes.


S'il en est ainsi pour les racines de bien de quiconque entend ne serait-ce qu'un quatrain du Sanghata soutra, expression de la Doctrine, que dire alors de quiconque l'honore et la vénère en offrant fleurs, encens, parfums, guirlandes de fleurs, onguents, baumes, robes, ombrelles, bannières, drapeaux, cymbales et musiques, ou l'approuve et s'en réjouit une seule fois en disant : "Excellent, excellent est cet exposé " ? Alors, s'adressant au Vainqueur Transcendant, le bodhisattva, le grand être Sarvashura demanda : - Vainqueur Transcendant, et si quelqu'un joint les mains et se prosterne lorsque le Sanghata soutra, expression de la Doctrine, est récité ? Est-ce que le simple fait de joindre les mains produit une masse de bien ? 27 - Enfant de la lignée, écoute ! Répondit le Vainqueur Transcendant. Si, quelqu'un qui a commis les cinq actes aux conséquences immédiates, les a suscités ou s'en est réjoui, se purifie entièrement du karma négatif de ces cinq actes en joignant les mains et en se prosternant lorsqu'il entend ne serait-ce qu'un quatrain du Sanghata soutra, expression de la Doctrine, Sarvashura, que dire alors de celui qui entend ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, intégralement ? Il produira une masse de mérites bien plus grande que le précédent. Enfant de la lignée, pour rendre le sens de ce Sanghata soutra plus explicite, je vais utiliser l'analogie suivante : depuis Anavatapta - le palais du roi naga, où le soleil ne brille jamais - coulent cinq grands fleuves ; si une personne voulait compter toutes les gouttes d'eau de ces cinq grands fleuves, Sarvashura, pourrait-elle y parvenir ? - Non, Vainqueur Transcendant, elle ne le pourrait pas. - De même, Sarvashura, il est impossible de dénombrer toutes les racines de bien du Sanghata soutra, expression de la Doctrine, en les comptant durant cent périodes cosmiques, voire mille périodes cosmiques. Sarvashura, qu'en penses-tu ? La personne qui dispense ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, un seul instant, n'affronte-t-elle pas des épreuves ? - Si, Vainqueur Transcendant, elle affronte des épreuves. - Sarvashura, quiconque est à même de dispenser ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, affronte des épreuves bien plus grandes. Tout comme il est impossible de compter toutes les gouttes des cinq grands fleuves provenant du lac d'Anavatapta. - Vainqueur Transcendant, quels sont ces cinq grands fleuves ? - Le Gange, le Sita, le Vakshu, le Yamuna et le Chandrabhaga sont les cinq grands fleuves qui se jettent dans l'océan. Chacun de ces cinq grands fleuves est accompagné de cinq cents rivières. Sarvashura, chacun de ces cinq grands fleuves coule également du ciel en compagnie de mille rivières qui abreuvent les êtres. - Quelles sont ces mille rivières qui accompagnent chaque fleuve ? - Mille d'entre elles sont appelées Sundari, mille d'entre elles sont appelées Shamkha, mille d'entre elles sont appelées Vahanti, mille d'entre elles sont appelées Chitrasena et mille d'entre elles sont appelées Dharmavritti. Ainsi, Sarvashura, ces grands fleuves sont chacun dotés de mille rivières qui les accompagnent et se déversent sur Terre en pluie. Sarvashura, chaque fois que cette pluie se déverse sur Terre, elle crée des cours d'eau qui font pousser les fleurs, les fruits et les récoltes. Grâce à cette eau, les champs et les jardins prospèrent et rendent [les êtres] heureux. Tout comme le seigneur des êtres répand le bonheur sur Terre, De même Sarvashura, le Sanghata soutra, expression de la Doctrine, est dispensé sur Terre pour le bien des êtres et pour les rendre heureux.


La durée de vie humaine n'égale pas celle des dieux [du 28 séjour] des Trente-trois. Sarvashura, si tu t'interroges qui sont les dieux [du séjour] des Trente-trois, sache que ce sont les dieux qui demeurent avec Indra, le seigneur des dieux. Sarvashura, il est aussi des êtres qui s'appliquent à une bonne conduite verbale et aucune analogie ne peut rendre compte de leur masse de mérites. Il est aussi des êtres qui s'engagent dans la mauvaise conduite verbale et aucune analogie ne peut rendre compte de leurs renaissances infernales ou animales. Ces êtres qui vont endurer les souffrances des créatures infernales, des animaux et des esprits avides n'ont aucun refuge. Tous leurs espoirs brisés, ils se répandent en lamentations et chutent dans les enfers. Il faut voir en eux l'influence d'amis non vertueux. Quant aux êtres qui ont cultivé la bonne conduite verbale et dont aucune analogie ne peut rendre compte de leur masse de mérites, il faut voir en eux l'influence d'amis vertueux. Voyant un ami vertueux, on voit un Ainsi-allé. Voyant un ainsi-allé, toute faute est purifiée. Lorsque le seigneur des êtres fait régner la joie sur Terre, aucune analogie ne peut rendre compte du bonheur des êtres. De même, Sarvashura, le Sanghata soutra, expression de la Doctrine, joue le rôle d'un éveillé pour les êtres de la Terre. Celui qui n'a pas entendu ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, ne peut s'éveiller à la plénitude parfaite et inégalable de l'éveil. Il ne peut tourner la roue de l'enseignement. Il ne peut faire résonner le tambour de la Doctrine. Il ne peut siéger sur le trône de lions de la Doctrine. Il ne peut entrer dans la sphère de l'au-delà des peines. Il ne peut briller d'une infinité de rayons lumineux. Ainsi, Sarvashura, celui qui n'a pas entendu ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, ne peut demeurer au coeur de l'éveil. - Vainqueur Transcendant, laissez-moi vous interroger sur quelque chose de merveilleux ! Bienheureux, laissez-moi vous interroger sur quelque chose de merveilleux ! - Sarvashura, interroge-moi sur ce qui te plaira et je dissiperai tes doutes. - Ce sage, qui a libéré les êtres du karma des cinq actes aux conséquences immédiates, puis les a placés un à un au stade de non-retour, qui était-il ? Le Vainqueur Transcendant répondit : - Profonde est la parole des éveillés, Sarvashura, écoute ! Le Sanghata soutra est un maître Qui se manifeste sous la forme d'un sage. Par compassion, le Sanghata manifeste aussi Des corps d'éveillés. 29 Il enseigne avec autant de formes Qu'il y a de grains de sable dans le Gange. Il enseigne sous la forme d'un éveillé Qui révèle l'essence de la Doctrine. Pour qui désire voir un éveillé Le Sanghata équivaut à un éveillé. Là où est le Sanghata Se trouve toujours l'éveillé. - Enfant de la lignée, écoute ! dit le Vainqueur Transcendant. Sarvashura, il y a bien longtemps, quatre-vingt-dix-neuf périodes cosmiques incalculables auparavant, apparurent douze millions d'éveillés. Quand vint Celui-ainsi-allé nommé Ratnottama, j'entrepris de donner courageusement et de vénérer ces douze millions d'éveillés nommés Chandra en leur présentant tout ce qu'ils appréciaient et favorisait leur bien-être : nourritures, boissons, parfums, guirlandes de fleurs et onguents excellents. Après les avoir ainsi honorés, je me souviens avoir été prophétisé pour l'Éveil insurpassable et parfaitement accompli.



<chapitre VI>
Landing page builder