pacman, rainbows, and roller s

<retour-boudhatour>


- Ainsi, Sarvashura, personne d'autre que Celui-ainsi-allé, ne peut évoquer par une analogie la masse de mérites produite par le Sanghata soutra, expression de la Doctrine. Sarvashura, c'est ainsi : si autant d'Ainsi-allés qu'il y a de grains de sésame proclamaient tous, même en s'aidant d'une analogie, les mérites, racines de bien, produits par l'écoute du Sanghata soutra, ces mérites seraient inépuisables. Que dire alors de celui qui le copie, le récite ou le fait copier ? - Quelle masse de mérites produira celui qui le copie entièrement ? demanda le bodhisattva, le grand être Sarvashura. 17 - Fils de la lignée, écoute deux autres analogies : Imagine que quelqu'un coupe l'herbe ou le bois d'un univers de trois mille milliards de mondes à la taille d'un doigt. Imagine aussi qu'autant de pierres, de falaises, de terre ou de particules de poussière contenues dans un univers de trois mille milliards de mondes deviennent des monarques universels maîtres des quatre continents, serait-il possible d'évoquer leurs mérites par une analogie ? - Non, Vainqueur Transcendant, seul Celui-ainsi-allé le pourrait. - De même, Sarvashura, aucune analogie ne peut exprimer la masse de mérites produite par celui qui copie entièrement le Sanghata soutra, expression de la Doctrine. Comparée à la masse de mérites de tous ces monarques universels, celui qui écrit et maintient une seule syllabe de cette expression de la Doctrine produira une masse de mérites bien plus grande. Bien que les mérites de ces monarques universels soient extrêmement grands, ils ne les égalent pas. Sarvashura, ainsi un monarque universel ne peut rivaliser en mérites avec un bodhisattva, un grand être qui détient la sainte Doctrine du Grand Véhicule et la met en pratique. Ainsi, aucune analogie ne peut exprimer la masse de mérites produite par celui qui copie entièrement le Sanghata soutra, expression de la Doctrine. Sarvashura, ce Sanghata soutra révèle des trésors de mérites. Il apaise toutes les perturbations mentales. Il fait briller le flambeau de tous les enseignements. Il triomphe de tous les démons malveillants. Il illumine tous les lieux de résidence des bodhisattvas. Il produit le parfait accomplissement de tous les enseignements. Après ces paroles, le bodhisattva, le grand être Sarvashura, dit alors au Vainqueur Transcendant : - Vainqueur Transcendant, la pratique de la chasteté est très difficile à suivre. Quelle en est la raison ? Vainqueur Transcendant, la pratique de la chasteté est aussi rare que celle d'un Ainsi-allé. Si l'on maintient la pratique de la chasteté, on verra le Vainqueur Transcendant en personne. On verra le Vainqueur Transcendant jour et nuit. En voyant le Vainqueur Transcendant en personne et en le regardant jour et nuit, on verra son champ d'Eveillé. En voyant son champ d'Eveillé, on verra tous ses trésors. Au moment de mourir, la terreur ne surviendra pas. On ne renaîtra plus jamais de la matrice d'une mère. On ne sombrera pas davantage dans le chagrin. On ne sera plus prisonnier du désir. Le Vainqueur Transcendant dit alors au bodhisattva, le grand être Sarvashura : - Sarvashura, rare est l'apparition des Ainsi-allés. - Oui, Vainqueur Transcendant, elle est rare. Oui, Bienheureux, elle est difficile à trouver.- Sarvashura, de même, ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, est également difficile à trouver.


Sarvashura, ceux dont les oreilles entendent ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, se souviendront de vies antérieures pendant quatre-vingts périodes cosmiques. Pendant soixante mille périodes cosmiques, ils obtiendront le statut de monarques universels. Pendant huit mille périodes cosmiques, ils accéderont au rang d'Indra. Pendant vingt mille périodes cosmiques, ils renaîtront avec autant de mérites que les dieux des champs purs. Pendant trente-huit mille périodes cosmiques, ils deviendront le grand Brahma. Pendant quatre-vingt-dix-neuf mille périodes cosmiques, ils n'iront pas dans de mauvaises destinées. Pendant cent mille périodes cosmiques, ils ne renaîtront pas parmi les esprits avides. Pendant vingt-huit mille périodes cosmiques, ils ne renaîtront pas parmi les animaux. Pendant treize mille périodes cosmiques, ils ne renaîtront pas dans le royaume des dieux jaloux. Le moment de leur mort ne viendra pas des armes. Pendant vingt-cinq mille périodes cosmiques, leur sagesse ne sera pas pervertie. Pendant sept mille périodes cosmiques, ils feront preuve de sagesse. Pendant neuf mille périodes cosmiques, ils seront beaux et agréables à voir. Ils seront semblables aux corps de forme, accomplissements de Celui-ainsi-allé. Ils deviendront de même. Pendant quinze mille périodes cosmiques, ils ne renaîtront pas comme épouses. Pendant seize mille périodes cosmiques, ils ne contracteront aucune maladie physique. Pendant trente-cinq mille périodes cosmiques, ils seront pourvus de l'oeil divin. Pendant dix-neuf mille périodes cosmiques, ils ne renaîtront pas parmi les esprits serpents. Pendant soixante mille périodes cosmiques, ils ne seront pas dominés par la colère. Pendant sept mille périodes cosmiques, ils ne renaîtront pas dans un foyer sans ressources. Pendant quatre-vingt mille périodes cosmiques, ils agiront dans les deux continents. Même s'ils naissent dans la pauvreté, ils obtiendront le bonheur suivant : pendant douze mille périodes cosmiques, ils ne renaîtront pas dans le lieu de naissance d'un aveugle ; pendant treize mille périodes cosmiques, ils ne renaîtront pas dans les mauvaises migrations ; pendant onze mille périodes cosmiques, ils seront sages et professeront la patience. Au moment de la mort, lorsque la dernière conscience cessera, ils n'auront pas de perceptions erronées. Ils ne seront pas emportés par la colère. À l'est, ils verront des éveillés, ainsi-allés, en nombre égal aux grains de sable de douze fleuves Gange. Au sud, ils verront directement vingt millions d'éveillés. À l'ouest, ils verront des éveillés, ainsi-allés, en nombre égal aux grains de sable de vingt-cinq fleuves Gange. Au nord, ils verront directement des éveillés, ainsiallés, en nombre égal aux grains de sable de quatre-vingts fleuves Gange. Au zénith, ils verront directement quatre-vingt-dix millions d'éveillés, vainqueurs transcendants. Au nadir, ils verront directement des éveillés, ainsi-allés, en nombre égal aux grains de sable de cent millions de fleuves Gange, qui, pour le rassurer, diront à cet enfant de la lignée : "Enfant de la lignée, tu as entendu le 19 Sanghata soutra, expression de la Doctrine, aussi, dans d'autres vies, auras-tu autant de qualités, bienfaits et bonheur semblables. Aussi, sois sans crainte !" Ainsi, réassureront-ils cette personne. - O enfant de la lignée, as-tu vu des centaines de milliers de millions de milliards d'ainsi-allés en nombre égal aux grains de sable des fleuves Gange ? - Oui, Vainqueur Transcendant, je les ai vus. Oui, Bienheureux, je les ai vus. - O enfant de la lignée, ces ainsi-allés sont arrivés pour te voir. - Quelle sorte d'action vertueuse ai-je créé pour que tous ces ainsi-allés soient venus me voir là où je demeure ?


- Enfant de la lignée, écoute ! Tu as obtenu un corps humain, le Sanghata soutra, expression de la Doctrine, est arrivé à ton oreille ; ainsi as-tu produit une aussi grande masse de mérites. - Vainqueur Transcendant, si j'ai produit une telle masse de mérites, alors que dire de la personne qui écoute (cette expression de la Doctrine) au long jusqu'à la fin ! - Silence, silence ! O enfant de la lignée, je vais décrire les mérites d'une strophe de quatre lignes. Enfant de la lignée, écoute, il en est ainsi. Comparé, par exemple, à la masse de mérites d'ainsi-allés, destructeurs-de-l'ennemi, éveillés parfaitement accomplis en nombre égal aux grains de sable de treize fleuves Gange, cela produit une masse de mérites beaucoup plus grande. Comparé à la personne qui vénère des ainsi-allés, destructeurs-de-l'ennemi, éveillés parfaitement accomplis en nombre égal aux grains de sable de treize fleuves Gange, quiconque entend une simple strophe de quatre lignes de ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, produit aussi une masse de mérites beaucoup plus grande, alors que dire de quiconque l'entend au long jusqu'à la fin ? Enfant de la lignée, écoute ce qu'il en est de quiconque entend le Sanghata soutra, expression de la Doctrine, au long jusqu'à la fin. Si quelqu'un devait planter des graines de sésame dans les trois mille milliards d'univers et qu'il y ait autant de monarques universels que toutes ces graines de sésame, comparé à une personne riche qui donnerait ses nombreux biens et ses immenses possessions à tous ces monarques universels, quiconque fait des offrandes à celui qui entre dans le courant produit une masse de mérites beaucoup plus vaste. Si tous les êtres des trois mille milliards d'univers entraient dans le courant, comparée à la masse de mérites produite par quiconque donne à tous ces êtres, la masse de mérites produite par la personne qui fait des offrandes à celui qui ne revient qu'une fois est bien plus vaste. Si tous les êtres des milliers d'univers ne revenaient qu'une fois, comparée à la masse de mérites produite par quiconque donne à tous ces êtres, la masse de mérites produite par la personne qui donne à celui qui ne revient pas est beaucoup plus grande. Si tous les êtres des trois mille milliards d'univers ne revenaient pas, comparée à la 20 masse de mérites produite par quiconque donne à tous ces êtres, la masse de mérites produite par la personne qui donne à un seul Destructeur-de-l'ennemi est beaucoup plus grande. Si tous les êtres des trois mille milliards d'univers devenaient Destructeurs-de-l'ennemi, comparée à la masse de mérites produite par quiconque donne à tous ces êtres, la masse de mérites produite par la personne qui donne à un seul éveillé pour soi serait beaucoup plus grande. Si tous les êtres des trois mille milliards d'univers devenaient éveillés pour euxmêmes, comparée à la masse de mérites produite par quiconque donne à tous ces êtres, la masse de mérites produite par la personne qui donne à un seul bodhisattva est beaucoup plus grande. Si tous les êtres des trois mille milliards d'univers devenaient bodhisattvas, comparée à la masse de mérites produite par quiconque donne à tous ces êtres, si la masse de mérites produite par une personne qui leur fait éprouver une foi pure envers un seul ainsi-allé, et par une personne qui leur fait éprouver un sentiment de confiance envers trois mille milliards d'univers emplis d'ainsi-allés, et par une personne qui entend ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, est beaucoup plus grande, Sarvashura, que dire alors de quiconque le met par écrit, le mémorise, le récite ou le comprend pleinement ? Sarvashura, que dire alors de quiconque, l'esprit empli de foi, rend hommage à ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine ?


- Sarvashura, que penses-tu de ceci ? "Tous les êtres ordinaires et puérils sont-ils à même d'entendre cela ?" Quand bien même ils l'entendraient, la confiance ne naîtrait pas en eux. Sarvashura, écoute ! Parmi les êtres ordinaires et puérils, d'aucuns peuventils atteindre le fond du grand océan ? - Non, Vainqueur Transcendant, aucun ne le peut. - D'aucuns peuvent-ils vider l'océan avec la paume de la main ? - Non, Vainqueur Transcendant, aucun ne le peut. Non, Bienheureux, nul ne le peut. - Sarvashura, si aucun d'entre eux ne peut assécher le grand océan, Sarvashura, de même, aucun être qui aspire au médiocre ne peut entendre cette expression de la Doctrine. Sarvashura, ceux qui n'ont pas vu des millions d'ainsiallés en nombre égal aux grains de sable de quatre-vingts fleuves Gange, ne sont pas à même de mettre par écrit ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine. Ceux qui n'ont pas vu autant d'ainsi-allés qu'il y a de grains de sable dans quatre-vingt-dix fleuves Gange ne sont pas à même d'entendre cette expression de la Doctrine. Ceux qui n'ont pas vu des centaines de milliers de millions de myriades d'ainsi-allés, rejetteront cette expression de la Doctrine après l'avoir entendue. Ceux qui, ayant vu cent millions d'ainsi-allés en nombre égal aux grains de sable du fleuve Gange, développeront un sentiment de confiance après avoir entendu cette expression de la Doctrine. Ils seront ravis. 21 Ils auront une compréhension juste de ce qui est. Ceux-là auront foi en ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, et ne le rejetteront pas. Sarvashura, écoute ! Quand ceux qui copient ne serait-ce qu'une strophe de quatre vers de ce Sanghata soutra, auront franchi quatre-vingt-quinze mille millions d'univers, leur champ d'éveillé deviendra identique à l'univers de Sukhavati. Sarvashura, la durée de vie de ces êtres pourra atteindre quatrevingt- quatre mille périodes cosmiques. Sarvashura, écoute ! Quant aux bodhisattvas, les grands êtres, qui entendent ne serait-ce qu'une strophe de quatre lignes de ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, il en va ainsi : ils s'apparentent à un être qui a commis les cinq actes aux conséquences immédiates les a fait commettre, ou s'en est réjoui. En entendant une simple strophe de quatre lignes de ce Sanghata soutra, expression de la Doctrine, eux aussi purifieront les karmas négatifs des cinq actes aux conséquences immédiates. Sarvashura, écoute ! Je vais encore t'expliquer une autre qualité. Imagine qu'un être détruise des stoupas, crée le schisme dans la communauté monastique, perturbe un bodhisattva en absorption méditative, mette un obstacle à la sagesse d'un éveillé et tue un être humain. Ensuite, pris de remords cet être se lamente : "Je suis perdu dans ce corps et j'ai aussi gâché la vie prochaine ! Je suis condamné !" En proie à un grand désarroi, il réfléchit profondément et ressent une souffrance insurmontable. Sarvashura, cette personne est rejetée, méprisée par tous les êtres. Cette personne est brûlée et condamnée. Pour elle, les enseignements mondains et supra mondains sont désormais hors de portée. Pendant de nombreuses périodes cosmiques, cet être humain sera pareil à une bûche réduite en charbon. Comme les piliers ou les poutres d'une belle maison qui, brûlés, ont perdu tout attrait, il en sera de même pour lui. Dans ce monde, il n'aura aucune beauté. Où qu'il aille, en tous lieux, les autres le jugeront et le frapperont. Affamé et assoiffé, il ne trouvera ni nourriture ni boisson. Ainsi souffre cet homme. La faim et la soif, les mauvais traitements qu'il reçoit, lui rappellent qu'il a détruit des stoupas et commis les cinq actes aux conséquences immédiates. Se souvenant de cela, il pense : "Où vais-je aller ? Qui va me protéger ?" Déprimé, il pense : "Puisqu'ici personne ne peut me protéger, je n'ai plus qu'à aller au sommet d'une montagne, ou au fond d'un ravin, pour mettre fin à mes jours. Il dit encore : « Puisque j'ai commis de mauvaises actions, Je suis comme un tronc à jamais calciné. Point de beauté dans ce monde, Et dans l'autre, point non plus.



<chapitre VI>
Build your mobile website